Les orchidées de montagne

Les orchidées de montagne

Quelle sont les plantes qui fascinent le plus le grand public ? Les orchidées bien sûre !

D'apparition récente à l'échelle de notre planète, les orchidées sont les plantes les plus évoluées de la flore. De nombreuses espèces s'hybrident entre elles ce qui ne facilite pas la détermination.

En montagne nous pouvons en rencontrer de l'étage collinéen à l'étage alpin.

Un certain nombres d'espèces sont protégées, dans le doute s'abstenir de toute cueillette.

Petit tour d'horizon :

Aux étages collinéen et montagnard s'épanouissent un grand nombre de plante que nous rencontrons également en plaine. Plus haut seules les plus montagnardes s'adaptent aux dures conditions de vie liées à l'altitude et au froid.

 

Ces deux ophrys se rencontrent également en région parisienne.

Afin d'assurer la fécondation, elles attirent les insectes par leurs formes et leurs odeurs de phéromones.

L'ophrys mouche (Ophrys insectifera) et l'ophys abeille (O. apifera) sont fécondées, comme leurs noms l'indiquent, par la mouche pour la première et l'abeille pour la seconde .

 

A gauche, le Pentecôte ou orchis mâle (Orchis mascula) pousse à toutes les altitudes de la plaine à l'étage alpin.

A droite l'orchis brûlé (Neotinea ustulata) se rencontre plus bas en altitude.

 

L'orchis homme pendu (Orchis anthropophora) préfère les altitudes plus basses et ne dépasse pas 1500 m.

Quand à l'épipactis rouge sombre (Epipactis atrorubens) la fraîcheur des forêts lui convient parfaitement.

 

 

Deux orchidées privées de chlorophyle

La néottie nid-d'oiseau (Neottia nidus-avis) vit dans des bois sombres et se fond dans la couleur du sol. Elle parasite des champignons pour se nourrir.

La limodore (Limodorum abortivum) aux belles couleurs violacées vit en symbiose avec des champignons.

 

Les céphalanthères, de gauche à droite La céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra) la céphalanthère à longues feuilles (C. longifolia) et la céphalanthère de Damas (C. damassonium) affectionnent les sous bois.

 

A gauche, l'orchis de Fusch (Orchis fuschii) se plait dans les fossés des bords de routes de l'est de la France.

Alors que la platanthère à deux feuilles (Platanthera bifolia) se rencontre de la plaine à létage montagnard. Ses pétales blancs éclairent les sous-bois.

 

Nous voici à l'étage alpin où pousse la très médiatique nigritelle (Nigritella nigra)

A droite l'orchis globuleux (Traunsteinera globosa) se rencontre dans les alpages en terrain calcaire.

 

 

A gauche l'orchis moustique (Gymnadenia conopsea) est très fréquent dans les alpages de nos montagnes alors que l'orchis odorant (Gymnadenia odoratissima) à droite est beaucoup plus rare en France où il pousse dans des zones humides. Dans l'est des Alpes il s'installe dans les landes calcaires.

 

Voici les discrètes avec à gauche le pseudorchis blanc (Pseudorchis albida) que l'on retrouve avec l'orchis grenouille (Coeloglossum viride) à droite plus difficile à voir tant sa couleur verte le confond avec les herbes environnantes.

Ces deux plantes poussent à l'étage alpin.

 

L'orchis sureau (Dactylorhiza sambucina) de couleur jaune ou rouge illumine les prairies d'altitude au printemps.

 

 

Le sabot de Vénus (Cypripedium calceolus) pousse en forêt. Il fut victime d'une cueillette importante et est maintenant protégé à l'échelle nationale.

L'orchis nain (chamorchis alpina) est protégé à l'échelle régionale. Il aime pousser en association avec la dyade et affectionne les sol calcaires.